• Il était une fois en Turquie

    Terkélémé

     

    Peu et bien

     

    Dans les temps anciens

    Quand le crible était dans la paille

    C’était peu c’était bien

    Ma mère était encore jeune fille

    La crotte de chameau était noix

    Le merle était charbonnier

    La pie était barbier

    Le cheval était boulanger

    Le chien était charpentier

    Le chameau était tisserand

    Le coq était crieur public

    La poule était horloger

    L’âne était marchand de sel

    Le mouton était gardien de mosquée

    La chèvre était muezzin

    Le renard était courtier

    Le chat était drapier

    Ma mère était sur le seuil

    Mon père était au berceau

    Ma mère pleurait et je la berçais

    Mon père pleurait et je le berçais

    Mais

    Mon père est tombé du berceau

    Moi j’ai sauté le seuil

    Ma mère a saisi les pincettes

    Mon père a attrapé un rondin de chêne

    Ils m’ont fait tourner

    Dans les quatre directions

    Ma mère a saisi une grosse bûche

    Dans l’armoire a éclaté un grand bruit

    Le yaourt s’est jeté sur moi

    Ma maison s’est enfuie saine et sauve….

    Chance pour moi…

    de vous raconter des histoires,

    celles qui montent, celles qui viennent, celles qui sont là et la première que voilà

     

    Il était une fois et il n’est plus

    Corbeau s’en allait par la campagne. Parfois il se perchait sur une branche.

    Parfois il s’envolait de la branche, bref il allait.

    Mais une fois où il était sur le sol "aïe j’ai une épine dans la patte !"

    Corbeau arrache l’épine de sa patte et frappe à la porte d’une maison.

    C’est une vieille femme qui ouvre la porte. Corbeau lui dit

    Bonjour Grand Mère,  j’ai une épine –et il la montre du bout des doigts-  garde-la moi s’il te plaît,  je reviendrai la chercher.

     

    L’épine

     

    Le temps de prendre l’épine et de la poser sur la cheminée, Corbeau a disparu.

    Quand reviendra-t-il celui-là, se dit la petite grand-mère aux cheveux cachés derrière le foulard, il ne me l’a pas dit

    Elle hausse les épaules et elle attend : elle attend un jour, elle attend deux jours et au soir des deux jours passés elle allume la chandelle. Mais la mèche est trop basse. Elle doit la redresser. Oui mais avec quoi ? Avec l'épine pardi, rien de mieux que l’épine pour l’aider. Et la vieille tire la mèche avec l’épine mais tire qu'elle tire c’est la flamme qui vient et brûle l’épine. Oups là, plus d’épine

     

    Et juste au même moment vous devinez qui vient ?

     

    Vous avez dit Corbeau ? Vous avez bien dit, Oui, c’est Corbeau, Corbeau qui dit

    • Bonsoir grand-mère, je viens chercher mon épine

    Pauvre grand mère elle dit la vérité, "je n’ai plus l'épine, elle a brûlé quand j’ai voulu redresser la mèche de la chandelle avec elle.

    • Te te te te ou crâ crâ crâ crâ, dit Corbeau comment cela tu ne l’as plus, je la veux moi, je t’avais bien dit que je reviendrai la chercher mon épine

    Pauvre petite vieille, que peut-elle dire, elle bouche ses oreilles de ses deux mains.

     

    • Crâ crâ crâ fait Corbeau en s’installant sur le rebord de la fenêtre, je la veux, rends la moi où donne-moi la chandelle et il se met à crier

            L’épine ou la chandelle, l’épine ou la chandelle, l’épine ou la chandelle é é é leuh !!

    Corbeau n’est pas content.

    Les mains sur les oreilles, la petite vieille s’interroge

    Va-t-il partir ? Va-t-il partir ? Va-t-il partir ?

    • Va-t-elle me rendre ?

    Va-t-il partir ?

    • Va-t-elle me rendre ?  

    Tais-toi ! dit la petite vieille

    • Rends-moi ! dit Corbeau

    Les heures passent la petite vielle n’en peut plus, elle veut la paix,

    Tiens dit-elle tu la veux, prends là et elle donne la chandelle à Corbeau

     qui la prend et s’envole par ici par là jusqu’à la maison suivante

     

    LA CHANDELLE

     

    • Bonjour Grand Mère, garde moi la chandelle, je reviendrai la prendre.

    La vieille veut bien garder la chandelle. Corbeau s’en va.

    Au soir la vieille s’en va traire sa vache. "Tu es bienvenue chandelle, il ne fera pas noir ce soir dans mon étable, pense la vieille".

    C’est vrai, il ne fait pas noir dans l'étable. La chandelle, posée à terre, derrière la vache, éclaire les pis et les mains et le visage de la femme. Mais la vache a-t-elle trop chaud aux fesses ? Elle donne un coup de sabot et pof voilà la chandelle éteinte, ouf mais cassée aïe !

     

    Et juste au même moment devinez qui vient ?

     

    Vous avez dit Corbeau, vous avez bien dit, Oui, c’est Corbeau, Corbeau qui dit

    • Bonsoir grand-mère, je viens chercher ma chandelle

    La grand-mère fait une drôle de tête

    Ta chandelle mon fils, pauvre de toi, la vache a donné un coup de sabot et aïe la chandelle a cassé

    • Pas grave, chandelle cassée, vache donnée !

    Ma vache donnée, impossible mon fils, sans vache pas de lait, sans lait pas de calcium, j’ai besoin de calcium moi

    • Calcium ou pas dit Corbeau qui s’envole sur la fenêtre, chandelle cassée vache donnée ! Donne-moi ta vache Petite Vieille.

    Petite Vieille ne veut pas, alors vous devinez ce qui se passe ? Corbeau hurle

    Chandelle cassée vache donnée, chandelle cassée, vache donnée, chandelle cassée vache donnée...

    Et la petite vieille les mains sur les oreilles car elle veut la paix

    • Me donnera-t-elle ? pense Corbeau

    Et passent les heures, passent la nuit, vient le jour et le second

    Se taira-t-il ? pense la petite vieille, c’est un supplice et les mains appuient sur les oreilles.

    Bientôt Petite Vieille n’en peut plus : pour se débarrasser de Corbeau Petite Vieille donne sa vache !

     

    La vache

     

    Et Crâ crâ, avance la vache et la vache avance Corbeau sur son dos

    et Crâ crâ, arrête-toi là vache et la vache s’arrête devant une maison.

    La maison de Troisième Petite Vieille.

    • Garde moi ma vache dit Corbeau

    D’accord je garde ta vache dit Troisième petite vieille

    • Je reviendrai la prendre dit Corbeau et il s’envole

    Quand ? dit Petite Vieille Nouvelle, quand, tu ne m’as pas dit quand ? dit petite Vieille Troisième. Mais Corbeau ne répond plus, dans le ciel il a disparu.

     

    Un jour deux jours, trois jours, c’est le jour du mariage et Corbeau ne revient pas

     

    Pas mal, pense Troisième Vieille, une vache pour le mariage de mon fils, je vais la tuer pour faire plaisir à tous mes invités.

    Et elle la tue.  Et avec la viande, les invités ont de bonne boulettes et de bons kebabs et que sais-je encore, et tous ils se régalent et se lèchent les doigts. Bientôt quand il ne reste plus qu’une bouchée crââ crââ devinez qui vient ?

     

    Vous avez dit Corbeau ? Oui, vous ne vous trompez pas. Il vient et il demande quoi ?

    Vous avez dit vache ? Oui, vous ne vous trompez pas. Et que répond Troisième Vache ?

    Vous avez répondu qu’elle ne l’avait plus ? Oui et vous ne vous trompez pas..

    Mais elle a ajouté qu’elle l’avait attendu attendu et comme il ne revenait plus elle avait pensé qu’il ne voulait plus sa vache, "alors j’ai préparé le repas de noces avec elle et les invités s’en lèchent encore les doigts. Merci à toi"

     

    • Ne me remercie pas si tôt. Je veux ma vache, il n’y a plus de vache je veux la mariée !

     

    Qu’est-ce que tu racontes la mariée est la mariée de mon fils elle est à mon fils !

    • La vache était ma vache, tu ne me la rends pas, je prends la mariée !

     

    Pauvre Troisième Petite Vielle : elle dit

    Tu ne prendras pas la mariée, elle est à mon fils

    • Je prendrai la mariée, elle remplacera ma vache

    Tu ne la prendras pas

    • Je la prendrai

    Tu ne je la tu ne je la tu ne je la

    • Corbeau sur le rebord de la fenêtre hurle je prendrai la mariée un point c’est tout

    Tu ne la prendras pas un point c’est tout

    Un jour ça va, une nuit ça va mais deux jours d’affilée à entendre crier ainsi, et une troisième nuit Troisième Vieille n’en peut plus et les invités non plus alors pour se débarrasser de Corbeau on lui donne la mariée et il s’en va

     

    La mariée

     

    Corbeau et la mariée si bellement habillée s’en vont. Ils rencontrent un berger ; Le berger joue de la flûte et la flûte plaît beaucoup à Corbeau.  Aussitôt il dit au berger :

     

    Ta flûte me plaît, donne-la moi, en échange je te donne la nouvelle mariée ?

     

    Mettez-vous à la place du Berger. Il regarde sa flûte, il regarde la jolie mariée. Elle a de   beaux cheveux noirs, de beaux souliers à danser, une belle robe blanche et toute brodée de dentelles et galons colorés. Et elle lui sourit. Qu’auriez-vous fait ?

    Vous dites que vous auriez échangé la flûte conte la mariée ? Vous ne vous trompez pas Le Berger a tendu sa flûte à Corbeau et il a tendu ses bras à la jolie mariée. Après tout n’était-elle pas toute prête à marier !

     

    Ainsi Corbeau a eu la flûte et se met à flûter cette chanson que je vous chante

     

    J'ai donné l’épine, j'ai pris la chandelle

    J'ai donné la chandelle, j'ai pris la vache

    J'ai donnéla vache, j'ai pris la mariée

    J'ai donné la mariée, j'ai pris la flûte

    Dutturu dutturu duuuut

     

    Et si vous tendez l’oreille

    Dutturu dutturu duuuut

     

     

     

     

     

    Dans l’armoire a éclaté un grand bruit

     

    Le yaourt s’est jeté sur moi

     

    Ma maison s’est enfuie saine et sauve…. La chance pour moi…

     

    de vous avoir conté ces deux histoires,

     

     

     

     

     

     

    « Conte du beau sapin. Le voyage de P'tiKrill »

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :