• Un dimanche de mai ? Non un vendredi férié

    pour une coccinelle

    Du vent du gris de la pluie, elle dort ?

    La sonnette sonne.

    Allo, j'écoute... Si je veux me promener ? ah oui, bonne idée. 

    Elle descend les escaliers quatre à quatre. Bonjour Hennyo 

    C'est qui hennir ? C'est mon petit voisin.

    Il a deux ans : c'est un observateur. Rien n'échappe à son regard et surtout pas sa maman.

     

    Maman Maman ? C'est ma Maman

    Patouille patouille ? ça c'est parce que le robinet coule

    Tout ce qui fait allusion à l'eau s'appelle patouille !

    et ça lui va bien la patouille a Hennyo

    Hennyo a bonne bouille.

    Hennyo est une gentille fripouille 

     

    On part à vélo Hennyo ? La phrase est à peine finie, Hennyo s'est déjà installé sur sa petite selle. Casque en tête, il se précipite sur le parking où, mine de rien il y a une côte invisible heu ho han ha ça mon...te... dur !!!! Bravo Hennyo pour ton bel effort.

     

    On met le vélo dans le coffre Hennyo ? Hennir rit. Et hop le vélo est dans le coffre

    Hennir est sur son siège. Il me tourne le dos. Sa Maman tourne la clef. Soudain : Pourquoi tu pleures Hennyo ?  Pourquoi tu pleures ?

    Si je ne me trompe pas la voiture en plastique jaune me fait un clin d'oeil. Et me parle "Il me veut ! Donnez-moi où je klaxonne !" Je traduis à la Maman de Hennyo qui ouvre de grand(e)s yeux et oreilles ! Elle me regarde. Je souris. "Non je n'ai pas de baguette, je ne suis pas encore une fée"

    Sourires. La main saisit la voiture de plastique jaune, Hennyo attrape la voiture et rigole. Plus de bruits. Hennyo est très mignon.

    Vroum vroum on est parti, dans la direction imprévue : peu importe, on verra où la nouvelle nous mènera.

    La route nous mène sur le parking du Parc des Yeullegas. Près de la ferme. Un oiseau accueille Hennyo. "Ecoute l'oiseau Hennyo" Hennyo tend l'oreille. 

    Ti ti li li li li li li Ti li li li li li li tu vas  à la ferme à vélo Hennyo ?

    Le joli casque reprend sa place sur la tête blonde.  Hennyo fait du vélo sur les petits cailloux gris du chemin. Les ânes sont absents mais les chevrettes attirent son attention.  

    Il les regarde avec intérêt. Les chèvres me font mourir de rire

    Sur les grosses souches 

    hirondelles au ras du sol

    Chevrettes sauteuses 

    Les deux vaches jersiaises nous offrent leurs regards de biches. l'une gratte son long cou doux à l'épine d'une souche.

    Ils font comment les moutons Hennyo ? La main sous le menton je bêle. Hennyo rit.

    Nous rejoignons le portail de la ferme.

    Qui voit-on derrière le portail de la ferme ?

    le coq qui monte sur le dos de la poule 

    la caille qui fait piat piat piat

    le dindon qui fait glou glou glou

    la cane de Barbarie qui rit qui rit qui rit

    le canard qui plouf plouf et replouf plonge son cou dans la mare

    puis la cane et le canard montent, l'un sur la boîte aux lettres maison, l'autre sur le portail.

    Aucun ne bouge. Ils sont impressionnants. Plumes noires et blanches, becs rouges méditent-ils ?

    Tous deux s'envolent par-dessus la route et par-dessus l'enclos. Ils atterrissent dans le pré. Ils sont impressionnants.

    Nous les suivons. Je remarque quelques beaux brins d'herbes et je fais un tabac en imitant le coq. Hennyo éclate de rire. 

    La pluie chagrine, il est temps de rentrer. Maman ne te porte pas Hennyo il faut que tu marches. Hennyo rechigne : le jeu du siècle dernier me revient en tête. Et si nous jouions à Pigeon vole ?

    Hennyo adore, encore....

    1, 2, 3, 4, pi-geon vole ! 

    1, 2, 3, 4, pi-geon vole !

    1, 2, 3, 4, pi-geon vole ! Au revoir Hennyo, à bientôt. Voici pour toi  et les autres enfants qui passeront ici  une petite poésie

     

    Le dindon dîne

    le dindon dort

    le dindon dort

    le dindon dîne. Mais quand il ne dort pas 

    le dindon

    quand il ne dine pas

    le dindon

    sais-tu ce qu'il fait le dindon Hennyo ?

    Allez devine !

    oui, il se dandine !

    Quand à la coccinelle, sur la feuille verte,

    elle est tombée par terre et elle s'est envolée.

     

    Au revoir Hennyo, à bientôt - Lania 

     

     

     

     

     

     

     

    « Le voyage de P'tiKrillCoccinelle, pâquerettes, printemps : petites poésies pour Hennyo et sa Maman »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :